Mercredi dernier, la ville de Berlin, soutenue par le gouvernement, a assuré aux communautés juives et musulmanes une protection légale pour les circoncisions religieuses, après une remise en question controversée, suite à l'interdiction de cette pratique dans la ville de Cologne.

Selon les premiers rapports, le Garde des Sceaux Thomas Heilmann aurait déclaré que les communautés juives et musulmanes peuvent pratiquer leur religion librement et que leur culture fait partir de Berlin. Bien qu'il ait nuancé ses propos, ses déclarations se basent sur plusieurs lignes directrices relatives aux circoncisions. Un juge de Cologne a fait interdire la circoncision en juin dernier, qualifiant cette pratique d'acte des "dommages illégaux au corps" et qu'elle ne devrait être pratiqué uniquement sur des adultes consentants.

L'origine de cette interdiction est lié à l'histoire d'un jeune garçon musulman de 4ans dont la circoncision a été pratiqué de manière inappropriée et ayant causé des dommages sanitaires et physiques à l'enfant. Cette interdiction créa un climat de peur, dans lequel les médecins refusent d'effectuer des circoncisions à cause de complications éventuelles. En août, un rabbin ayant exécuté une circoncision a été mise en examen par la police après qu'un docteur de Bavière ai signalé l'affaire.

Heilmann a également déclaré que les docteurs devraient être les seules personnes habilités à exercer une telle pratique et ce dans un environnement stérile. Le but étant de minimiser les risques de complications et la douleur ressenti par l'enfant. Les parents devront donner leur consentement et tenus aux courant des risques possibles.

Depuis le début de l'interdiction uniquement applicable à la région de Cologne, un débat grandissant sur la liberté religieuse, la circoncision et les droits individuels fait rage. La nouvelle loi ayant créée la polémique déclencha une vague de révolte. Le premier ministre allemand Angela Merkel dut intervenir pour calmer les associations juives et musulmanes faisant campagne contre cette prise de position, et faisant des comparaisons douteuses au régime nazi. Elle prit position pour la protection des droits des minorités et incita le Reichstag à préparer de nouvelles lois pour protéger les libertés religieuses et à la mettre en application dès les prochains mois.